No text No text No text No text No text No text




 



Les entreprises du Cap-Sizun


Vous recherchez

sur


Fréquentation

Nb de visiteurs:737647
Nb de visiteurs aujourd'hui:191
Nb de connectés:1


Connexion


La gestion des espaces naturels


 
 

La communauté de communes a mis sur pied en janvier 2005 une « équipe espaces naturels » pour entretenir 360 ha d’espaces naturels protégés, propriétés du conservatoire du littoral et du conseil général du Finistère.

La création au 1er janvier 2005 de l’équipe environnement est le fruit d’un partenariat entre le conservatoire du littoral, le conseil général, la communauté de communes Cap Sizun - Pointe du Raz et les communes d’Audierne, Beuzec-Cap-Sizun, Cléden-Cap-Sizun, Esquibien, Plogoff et Plouhinec. La convention de six ans (renouvelable une fois) officialisant ce partenariat a été signée le 7 mars 2005. Il s’agissait de confier à la communauté de communes l’entretien de 360 ha d’« espaces naturels remarquables » du Cap-Sizun.

Par « entretien » il faut entendre le maintien de la propreté (fenêtre ramassage des déchets), la mise en sécurité (par exemple des trous de casemates de la seconde guerre mondiale à boucher ou des portions dangereuses du sentier côtier à dévier (fenêtre recul du sentier et mur au trez), la protection des dunes (fenêtre ganivelle à Gwendrez ) ou encore la mise en valeur des sites (arbres à abattre, cours d’eau à nettoyer, etc.)… les gros travaux restant du ressort des propriétaires des terrains, le conservatoire du littoral et le conseil général. L’ensemble des travaux à réaliser sont consignés dans des plans de gestion.

Un comité de pilotage réunissant des représentants des partenaires signataires de la convention, des associations en lien avec la nature et l’environnement et des usagers définira, en concertation, les priorités. Cette démarche participative et de responsabilisation des acteurs locaux veut avoir valeur d’exemple pour les autres actions environnementales à mener sur notre territoire.

Quels terrains ?

Le Cap-Sizun compte 660 ha d’espaces naturels sensibles, propriété du Conservatoire du littoral et du conseil général. Il s’agit d’un patrimoine exceptionnel qu’il convient de préserver et de valoriser.

Le syndicat mixte de la pointe du Raz gère 270 ha, Bretagne vivante-SEPNB 30 ha (réserve ornithologique). Les 360 ha dévolus à la communauté de communes se répartissent en 280 ha appartenant au Conservatoire du littoral (à Feunteun-Aod Est et à Feunteun-Aod Ouest, Trez-Goarem, à la pointe du Milier, à Kastell-Koz, Penharn et Castel-Meur) et 80 ha au conseil général (dans les bois de Suguensou, à la pointe de Kérivoal, à Saint-Jean-Kersigneau, Gwendrez, Menez-Dregan et Pors-Poulhan).

 

Pointe de Peharn 

 Dune de Trez Goarem

Bois de Suguensou 


Un comité de pilotage

Le comité de pilotage a pour objectifs de :

  • Définir les actions de gestion en concertation,
  • Assurer et valider le suivi des plans de gestion,
  • Coordonner les opérations de sensibilisation et d’accueil du public.

Il se réuni deux fois par an : une réunion de fin d’année « élaboration du plan de gestion de l’année suivante », une réunion mi-année « bilan, réorientation ». Des réunions ponctuelles sont organisées en cas de montage de projets importants.

Les plans de gestion

Nous avons dans nos espaces naturels deux milieux bien spécifiques : les pointes, plutôt au nord, et les dunes en arrière des plages plutôt au sud. Chaque milieu possède ses richesses, ses usages et ses contraintes.

En ce qui concerne les pointes (le millier, castel Koz, penharm, castelmeur et feunteun aod notamment), le diagnostic met en avant la richesse et la diversité des milieux : côte rocheuse, pelouses, landes…permettant notamment la nidification d’oiseaux marins. Le patrimoine bâti y est parfois important (murets de pierres sèches, moulin, ports-abris, fontaines, fours à goëmon…).

Le premier problème rencontré sur ces sites est du à une fréquentation anarchique des piétons et des camping-cars notamment (multiplication des cheminements, stationnement en dehors des parkings…). Cela contribue principalement à la dégradation de la couverture végétale et à l’effarouchement des oiseaux, en plus des apports d’eaux usées et de détritus.

En terme de gestion cela se traduit par une canalisation des piétons sur le sentier existant et une organisation du stationnement.

Le deuxième problème concerne l’abandon des pratiques agricoles sur ces milieux et notamment du pâturage qui permettait une « tonte naturelle ». Il en résulte une évolution de la végétation vers de la lande haute et dense, véritable friche pauvre en habitat et donc en espèces et qui présente un important risque d’incendie. Il s’agira là de mobiliser les acteurs pour réimplanter des activités sur ces terrains.

Vous ne le remarquez peut-être pas quand vous accédez aux plages, notamment à Trez Goarem et à Gwendrez et Menez Dregan, mais vous traversez un nombre important d’ensemble de végétation d’intérêt communautaire (classement Natura 2000) : haut de plage, dune mobile, bas marais, pelouse, prairies… qui abritent une faune caractéristique. Ces milieux surtout en bord de plage sont extrêmement fragiles et souffrent de la sur fréquentation piétonne et de la pratique du deux roues. La conséquence est que le trait de côte recule de plus en plus. Plus en arrière, en l’absence d’entretien la végétation évolue en buisson d’ajoncs et de prunelliers ce qui entraîne une banalisation du paysage.

La gestion de ces sites passe obligatoirement par une canalisation des piétons et une meilleure organisation de stationnement. Il s’agira également de mettre en place des actions d’entretien par fauchage ou pâturage afin de maintenir un paysage ouvert.

La pose de ganivelle permet le ré-engraissement de la dune en sable et la reprise de la végétation, par de l’oyat notamment.

Points de collecte des déchets ramassés sur le littoral

La Communauté de communes a mis en place un certain nombres de points de collecte des déchets qui peuvent venir de la mer, notamment lors des grandes marées (filets, palettes, bidons…) mais également de la fréquentation des espaces naturels et du sentier côtier (bouteilles plastiques, verre, canettes…).

Ces points de collecte, entièrement fabriqués en matériaux récupérés, sont localisés dans un premier temps aux endroits où il y avait une habitude de dépôt des usagers et riverains, soucieux de préserver leur environnement (voir emplacement).

C’est l’équipe des espaces naturels de la Communauté de communes qui se charge de leur collecte. Le tri et le recyclage des matériaux valorisables sont effectués par la suite.